Environnement : cela «gaz» pour la MSE

La première unité de méthanisation raccordée au réseau de transport de gaz de la MSE a été inaugurée le 11 septembre à Haraucourt-sur-Seille. Crédit photo : MSE.

MSE pour Méthanisation Seille Environnement ! Le 11 septembre, ce collectif d’agriculteurs et d’une coopérative a inauguré la première unité de méthanisation raccordée au réseau de transport de gaz  à Haraucourt-sur-Seille. 38,5 GWh par an de biométhane (issus de lisiers et fumiers en provenance de 23 exploitations agricoles et de déchets agroalimentaires) seront produits sur le site. D’un investissement global de 8,5 M€, la MSE bénéficie du soutien financier de la région Grand Est, de l’Ademe et du Feder à hauteur de 1,45 M€ dans le cadre de la stratégie régionale de développement de la méthanisation.

Le Grand Est en tête

La production de gaz est équivalente à la consommation annuelle de près de 9 600 habitants. La MSE produit également un digestat, fertilisant naturel recueilli à l’issue du procédé de méthanisation et pouvant être épandu dans les champs en substitution des engrais chimiques.  « Nous nous sommes lancés dans la production du biométhane, convaincus que cela répondait à un désir des consommateurs de pouvoir accéder à une énergie locale et durable. Mais aussi pour répondre à des problèmes environnementaux sur des captages grenelle en diminuant la concentration de nitrate dans la nappe phréatique. Nous sommes fiers de pouvoir compter sur GRTgaz pour l’injection de ce gaz renouvelable dans le réseau de transport de GRTgaz», explique Laurent Paté, Président de l’unité de production MSE. Avec 24 sites en fonctionnement et 170 projets en cours d’étude et de réalisation, le Grand Est occupe la première place en France pour l’injection de biométhane dans les réseaux gaziers.

Emmanuel VARRIER