Centre Pompidou-Metz : la culture comme une oasis

C’est presque un clin d’œil. Ouvert le 12 mai 2010, le musée mosellan a fêté ses 10 ans au lendemain du confinement. En ces temps de crise sanitaire et de doutes sociétaux, le vaisseau culturel messin nous rappelle toute l’importance de l’expression artistique et de sa diversité. Ouverture sur la monde, épanouissement personnel et collectif : le leitmotiv de trois expositions actuellement en cours. A apprécier sans modération.

Bien sûr, il y a les mesures sanitaires qui s’imposent en cette période de coronavirus et tendent à la frilosité de l’ambiance générale. Une fois les conditions clairement édictées et respectées, la vie culturelle peut tout à fait se dérouler le plus normalement du monde. C’est le cas au Centre Pompidou-Metz. Il propose actuellement plusieurs temps forts, en particulier trois expositions bien dans la lignée de la philosophie d’un lieu misant sur la qualité artistique à destination du grand public. Et pour tout dire, on aurait grand tort de s’en priver. Faire s’évader l’esprit ne pouvant qu’être bénéfique, dans une actualité souvent anxiogène.

Jusqu’au 11 janvier 2021 : Indistinti confini – Noce (frontières indistinctes – Noyer) de l’artiste Giuseppe Penone, qui a créé un univers autour de la nature saisissant et comme à nul autre pareil. Dans cette année marquant les 10 ans du Centre Pompidou-Metz, il implante un moulage en bronze d’une quinzaine de mètres, dont certains tronçons et ramifications sont de marbre blanc. La ramure de l’arbre et la charpente évasée du Centre Pompidou-Metz, dessinée par Shigeru Ban, sont en concordance dans une symbiose étonnante.

Jusqu’au 1er février 2021 : la Grande Nef accueille l’exposition consacrée à Yves Klein (1928-1962), figure majeure de la scène artistique française et européenne d’après-guerre. «Le ciel comme atelier» révèle la proximité esthétique qu’il développa avec une myriade d’artistes japonnais, italiens, allemands, néerlandais. Le tout ouvre les portes d’un univers où se marient ciel, air, vide et cosmos. Une galaxie aux confins de laquelle le visiteur sera happé entre terre et spirituel.

Jusqu’au 23 août 2021 : l’exposition Des Mondes Construits présente une kyrielle d’œuvres de sculpteurs de la collection du Centre Pompidou-Metz. Un surprenant voyage initiatique à la source contemporaine d’un art mêlant architecture industrielle et sculptures modernes. Les pièces entraînent le visiteur dans un dédale de formes et de matériaux, avec un filigrane une ode aux gestes de la main.

A venir :

Du 21 novembre 2020 au 15 mars 2021, Chagall, le passeur de lumière.

Du 30 janvier au 26 juillet 2021, Aerodream, architecture, design et structures gonflables, 1950-2020